Skip to main content
Un jeune creseur qui travaille pour la famille Kabila

EXCLUSIF EN FRANCAIS: LA FORTUNE DE SA FAMILLE ETANT EN JEU, LE PRESIDENT KABILA SE CRAMPONE AU POUVOIR

Joseph Kabila et ses proches ont érigé un réseau d’entreprises qui touche tous les coins de l’économie congolaise. Est-ce pour cela qu’il ne démissionnera pas ? Par Michael Kavanagh, Thomas Wilson et Franz Wild

Dans son seul discours public cette année, Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo, s’est montré provocant à propos de son refus de céder le pouvoir lorsque son dernier mandat prendra fin le 19 décembre. « Je ne peux pas laisser la république être prise en otage par une frange de la classe politique », a-t-il déclaré au parlement le mois dernier alors que les membres applaudissaient.

Sa présidence a apporté la paix et la croissance économique au Congo, a indiqué le porte-parole de cet homme de 45 ans, soulignant les réformes qu’il avait faites dans les télécommunications, les mines, l’énergie et les banques. Ce qu’il n’a pas dit, c’est comment certains de ses membres de la famille sont parmi les plus grands bénéficiaires de ces changements — y compris sa sœur Jaynet et son frère Zoe, qui ont tous deux écouté à partir des sièges de la première rangée en tant que députés élus.

Une enquête de Bloomberg Nouvelles a trouvé que dans l’ensemble, les Kabilas ont construit un réseau d’entreprises qui atteint tous les coins de l’économie du Congo et a apporté des centaines de millions de dollars à la famille. Le réseau pourrait aider à expliquer pourquoi le président ignore les plaidoyers des États-Unis, de l’Union européenne et de la majorité du peuple congolais pour transférer le pouvoir la semaine prochaine, bien que ses conseillers contestent cela.

Le refus de Kabila de démissionner menace de pousser son pays dans le genre de chaos qui a coûté des millions de vies après que son père ait pris le pouvoir il ya près de deux décennies. Il pourrait également détruire la stabilité ténue qui a attiré l’investissement international — principalement des géants miniers comme Freeport-McMoRan inc. et Glencore Plc — et a transformé le Congo dans le plus grand producteur africain de cuivre, d’étain et de cobalt.


En février, S & P Global Ratings [une agence de cotation du risque basée a New York] a abaissé les perspectives d’investissement au Congo à un niveau négatif en raison des tensions politiques croissantes. Il a affirmé cette vue en août. La dernière guerre civile a détruit l’industrie du cuivre du pays, réduisant la production de plus de 96 pour cent avant la fin du conflit en 2003.


Depuis lors, l’investissement étranger a contribué à générer plus de 100 000 emplois dans les mines et le pétrole, a triplé la taille de l’économie et a permis à l’empire [financier] de la famille de prospérer. Au cours de cette période, Kabila et ses frères et sœurs ont constitué un réseau international d’entreprises s’étendant au moins sur 70 sociétés, selon une analyse de Bloomberg News de milliers basée sur de documents d’entreprise et de dépôts judiciaires ainsi que des dizaines d’entretiens avec des banquiers, des hommes d’affaires, des mineurs, anciens fonctionnaires.

Alors que la loi congolaise n’interdit pas aux hommes politiques ou à leurs familles d’avoir des intérêts commerciaux, la portée de cet empire n’est apparue publiquement que récemment dans les documents publics que les autorités congolaises ont informatisés et rendus consultables au cours des dernières années. Bloomberg News, avec l’appui du Pulitzer Center on Crisis Reporting, a tracé les intérêts des Kabilas en amassant une archive de centaines de milliers de pages de documents d’incorporation montrant que sa femme, ses deux enfants et huit de ses frères et sœurs contrôlent plus de 120 permis miniers pour creuser l’Or, les diamants, le cuivre, le cobalt et autres minéraux.

Deux des entreprises familiales possèdent elles-mêmes des permis de diamant qui s’étendent sur plus de 450 milles [720 kilomètres] à travers la frontière sud-ouest du Congo avec l’Angola. Les membres de la famille ont également des participations dans des banques, des fermes, des distributeurs de carburant, des compagnies aériennes, un constructeur de routes, des hôtels, un fournisseur de produits pharmaceutiques, des agences de voyages, des boutiques et des boîtes de nuit. Une autre entreprise a même essayé de lancer un rat dans l’espace sur une fusée. Cliquez pour agrandir